Le cahier journal est à l’enseignant ce que le cahier de texte est à l’élève. Parfois griffonné, parfois coloré, parfois oublié ou inutile..Dès que l’on devient enseignant, avoir un cahier journal fonctionnel c’est un peu comme trouver enfin le Graal. Enfin du moins pour moi cela l’a été pendant très longtemps.Pour les non initiés, le cahier journal est le témoin de ce qui est fait au quotidien dans la classe. Fortement conseillé mais néanmoins non obligatoire, il va permettre à toute personne venue de l’extérieur d’avoir une trace de ce qui a été fait. Cela suppose donc des qualités de synthèse et de lisibilité.

Il n’y a pas de règle en la matière, à la main, à l’ordinateur, sur cahier, dans un classeur, semainier, journalier… Je n’ai pas de recette miracle, pas de trame magique ! Je vais juste tenter de vous raconter mon histoire avec le cahier journal depuis l’obtention de mon concours en 2010 !


2010 : Première année d’enseignement, stages en école d’application.


 

Je fais partie de la team « cahier journal à l’ordinateur ». En rouvrant mes archives, je me suis rendue compte que finalement ma quête du Graal, du cahier journal parfait, ne s’est jamais réellement achevée. 2010, me voici jeune enseignante. Nous avions eu beaucoup de chance, à l’époque, de pouvoir observer et prendre en charge des classes dans des écoles d’application. Mon cahier journal était donc très bien détaillée : compétences, objectifs, matériel, consignes, feed-back.. Je me souviens qu’à l’époque je passais énormément de temps pour au final organiser 1 seule journée en … 3h !


2011 : Demi-année de CE2


Première classe à moi toute seule ! Finies les visites, les inspections. Je dois vous avouer que la pression folle est légèrement redescendue et cela se ressent sur mon cahier journal. Je persiste tout de même à toujours faire un cahier journal détaillé à la journée !


2012 : Remplacement à l’année. Premier double niveau CM1 CM2


Cette année là m’a marquée. Des élèves difficiles, premier double niveau cycle 3. 1ère année en tant que titulaire. Je me souviens qu’il a été difficile pour moi à trouver une trame de cahier journal pour mon double niveau, comment mettre en avant les moments en dirigé. J’avais toujours besoin de bien détailler tout le contenu de mes séances, je crois que cela me rassurait ! Je me souviens que je consultais énormément mon cahier journal durant la journée cette année-là.


2013 & 2014 : Bienvenue en Maternelle !


Me voici en maternelle ! Deux années en TPS PS MS ! Un vrai bonheur. J’ai adoré travailler en maternelle et avec une Atsem en or massif ! Pour me rassurer, je fonctionnais en atelier de couleurs (chose que je ne referai peut-être pas du tout maintenant). Pour privilégier la communication avec ma super Atsem, j’affichais une partie de mon cahier journal dans la classe sous forme de tableau . Je lui envoyais même par mail le dimanche soir. J’avais choisi un format semainier car les ateliers tournaient sur la semaine et cela limité le nombre de documents. Cependant, j’avais toujours besoin de me rassurer en créant le cahier journal pour chaque journée même si cela était très ritualisé. J’ai gardé cette trame de cahier journal durant mes deux années. Je crois bien que c’est la seule année où je n’ai pas modifié ma trame 10 000 fois !


2015 : CP !


Je suis de ces profs qui ne supportent pas s’enfermer dans un niveau. En 2015, j’ai pu, dans la même école, changer de niveau et j’ai choisi les CP ! Un CP pur avec un faible effectif ! Le rêve !

J’avais extrêmement bien préparé mon année durant l’été donc mes semaines étaient très ritualisées avec, notamment,la méthode de lecture Taoki ! Déchargée le lundi, j’avais choisi un format semainier sans compétences (qui étaient répertoriées dans mes programmations). Un document simple, efficace et très rapide à remplir ! En le relisant, je constate que je détaillais les séances mais j’ai le souvenir de ne jamais l’ouvrir en classe. Je l’imprimais le dimanche et le glissais dans mon porte-vue.


2016 – … : Triple niveau


Depuis que je suis à l’école de la forêt, les choses se sont un peu compliquées pour trouver un format de cahier journal fonctionnel pour mon triple niveau. J’ai tâtonné, tout testé : journalier, semainier, sur 2 jours.. Puis la deuxième année, j’ai décidé d’arrêter de « perdre » du temps. J’ai toujours besoin d’un cahier journal (le besoin de me rassurer, de savoir que ma classe est prête) mais je ne le regarde jamais durant la journée. J’ai donc acheté un planner et je le fais maintenant à la main. Je gagne un temps fou que je consacre à la préparation de jeux, de matériel pédagogique…

Au final, je crois qu’il n’y existe pas de recette miracle pour créer un cahier journal. Cela dépend de vos envies, de vos besoins, de votre niveau de classe et surtout de votre expérience en tant qu’enseignant ! Je ne vous pousse absolument pas à abandonner le cahier journal loin de là, mais je pense qu’il doit rester un document personnel et surtout utile pour VOUS (et non pas un cahier journal pour faire « bien »). Je pense aussi qu’il doit être couplé à des programmations détaillées et réfléchies.

Il ne faut jamais dire jamais, mais je crois que je suis en mesure de dire que je ferai toujours un cahier journal. J’en ai besoin, cela me rassure. Il sera peut-être moins fourni et « joli » avec le temps, mais pour moi cela reste un document essentiel à une classe (pour l’enseignant mais aussi et surtout pour les remplaçants).

Et vous, quelle est votre organisation en matière de cahier-journal ?