Témoignage de prof #1

Aurore (@_a.urore), originaire de Belgique est une toute jeune enseignante en France. Après 4 ans d’études en Belgique, elle a décidé de tenter le CRPE dans l’académie de Montpellier pour se rapprocher de son conjoint. Double challenge que de passer le concours tout en s’imprégnant d’un système éducatif inconnu…

Pleine d’humour et d’adepte de la classe Harry Potter, elle nous livre aujourd’hui son histoire sur la quête du Graal, du CRPE !

Peux-tu te présenter ?

Bonjour, je m’appelle Aurore et je suis belge. J’ai fait tout mon parcours scolaire en Belgique (qui est bien différent du vôtre !). J’ai réussi à obtenir mon diplôme d’institutrice primaire après avoir fait 3 ans d’études dans le parcours « Licence institutrice primaire ». C’est l’équivalent de votre licence à vous. Au long de mon parcours, j’ai eu des stages toutes les années qui m’ont permis de bien connaître la gestion d’une classe.

En 2015, j’ai rejoint mon amoureux en France et j’ai réussi à obtenir une équivalence de ma licence. belge. J’ai intégré le Master 1 à l’ESPE de Montpellier.

Je suis actuellement T1, titulaire 1ère année après 2 ans d’année de stage (PES).

En quelle année as-tu tenté le CRPE ? Dans quelle académie et pourquoi ?

J’ai obtenu le CRPE dès ma première tentative en 2016 dans l’académie de Montpellier. Ensuite, j’ai terminé mon Master 2 A (pour ceux qui ont eu le CRPE). J’ai passé le concours dans cette académie car mon conjoint habitait ici.

Explique-nous ta préparation au CRPE en quelques lignes.

J’ai préparé le concours avec les cours de l’ESPE. Avec mes copines de galère, on s’entraînait sur des annales de maths, français et ASP (analyse de situation professionnelle) mais je dois dire que je préférais réviser seule car je suis une grande bavarde !Je n’étais pas à l’aise en maths alors une amie « calée » m’a aidée et j’ai aussi acheté des annales pour réviser.

J’ai d’abord révisé les écrits bien sûr, mais j’ai préparé mon dossier professionnel ( la partie théorique) avant les oraux pour être prête. J’ai été accompagnée par l’ESPE pour le finaliser. L’ESPE nous a proposé des simulations, des écrits blancs.

Quelles ont été tes stratégies pour réviser ?

Je suis quelqu’un qui fonctionne avec une mémoire visuelle, j’ai donc beaucoup fiché les cours. Cette préparation a été un double challenge car il a fallu que j’apprenne toute l’Histoire et les coutumes du système français ! Par exemple, je n’avais pas la même définition de la laïcité. J’ai dû réapprendre tous les termes et le vocabulaire en moins d’un an!

Quels ont été tes temps forts de ta préparation au CRPE ?

Cette préparation a été difficile ! Ça a été une année stressante, avec des moments de doute vers décembre janvier. Le fait de ne pas connaître réellement le système français m’a doublement fait stresser. Mais j’en retiens aussi des moments chouettes notamment avec mes copines et mes professeurs de l’ESPE.

J’ai failli abandonner une semaine avant les oraux car j’ai perdu un membre de ma famille. Cela a été très difficile mais je me suis remotivée en me disant que, mince, après tout j’étais belge, j’ai tout découvert, j’ai réussi les écrits, il fallait que j’aille jusqu’au bout ! J’ai trouvé une vraie force intérieure, j’avais ma bonne étoile avec moi.

Durant la préparation, j’ai pu faire des stages en classe. J’ai adoré découvrir la maternelle, les notions d’éducation civique et morale. Je connaissais déjà la gestion d’une classe avec mes stages en Belgique mais ces stages en France m’ont permis de me motiver et de découvrir énormément de choses.

Comment était ton moral la veille des épreuves ?

Je suis allée faire du shopping pour me calmer ! J’ai téléphoné à mon copain et ma famille pour me rassurer. Comme tout le monde, j’ai tenté de ne pas travailler mais j’avais toujours mes petites fiches pour me faire dire « Mince je ne me souviens plus de ça ! » Le soir, je me suis relaxée avec une petite soirée cocooning sans téléphone. Bon je dois avouer, que j’avais toujours un œil sur mes fiches.

Quel a été ton ressenti le jour des épreuves ?

Je suis arrivée 2h avant les épreuves. J’avais la trouille de ne pas connaître l’endroit, de l’inconnu du concours. J’ai vérifié toutes mes feuilles, ma convocation, mes affaires une tonne de fois. J’avais des post-it avec des termes, des définitions pour me rassurer. J’ai aussi pris de l’homéopathie pour me détendre !
A la sortie des épreuves, je me sentais bizarre. J’avais répondu à toutes les questions mais je ne me sentais pas forcément soulagée. Le fait de parler avec mes copines après les épreuves ne m’a pas aidée. Par contre j’étais contente que cela soit fini. J’ai dit à mes copines qu’il fallait qu’on arrête de ressasser l’épreuve. Je suis rentrée chez moi et j’ai repris ma routine d’avant épreuve (un peu de révision et une soirée détente)

Quelle stratégie as-tu adoptée pour préparer les oraux ?

J’ai commencé à préparer les oraux un peu avant les écrits. Une fois les écrits passés, je me suis replongée dans les révisions avec des annales que les professeurs nous avaient conseillées. J’ai fait des fiches, des simulations d’oral en facetime avec mes copines. Je suis restée dans ma bulle à la maison en essayant d’apprendre un maximum de théories. Je me suis aidée des nombreux concours blancs des années antérieures que l’on peut trouver sur le net.

Une anecdote sur ta préparation au concours ?

Je suis belge ! On est certes francophone mais il y a plein de termes différents entre nos deux pays. Un jour, des collègues m’ont dit :

« Ne dis pas que tu vas faire une tournante avec tes élèves, car cela veut dire quelque chose de très connoté sexuellement ici »

En Belgique, « tournante » veut dire  » faire une rotation d’ateliers ». Alors, j’ai noté sur ma fiche « ne pas dire faire une tournante » pour y penser le jour de l’oral !

Des conseils pour les futurs candidats ?

– Souffler de temps en temps, c’est bien de réviser mais il faut prendre du temps pour soi.

– Compter sur les copines et la famille pour se faire soutenir

– Ne pas se comparer aux autres, c’est un concours cela ne sert à rien, chaque parcours est différent-

– Se faire confiance à ce moment-là, même si on n’est généralement pas quelqu’un avec beaucoup de confiance en soi !

Merci beaucoup à Aurore pour ce joli témoignage ! A vous tous qui passaient les épreuves du CRPE demain, donnez le meilleur de vous-même !

Si vous aussi vous souhaitez partager votre témoignage de prof, n’hésitez pas à me contacter via le formulaire de contact !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *