Enseigner dans un triple niveau, c’est un savant mélange entre jonglage, organisation mais surtout autonomie. Depuis que je suis arrivée dans ma petite école avec mes CE2 CM2 CM1, je suis en quête perpétuelle d’une organisation qui me permet d’allier différenciation et plaisir d’enseigner ! Rassurez-vous je cherche toujours !

Depuis septembre, mes élèves travaillent avec un plan de travail et gagnent donc, au fil des jours, en autonomie.

Principe du plan de travail dans ma classe

L’élève a un fil conducteur (un certain nombre de tâches à réaliser) sur une période donnée pour travailler sans l’enseignante. Dans ma classe, le plan de travail doit être réalisé en 2 semaines. Les élèves peuvent choisir de réaliser les activités dans l’ordre qu’ils souhaitent. Ces activités sont réalisées en toute autonomie. Il s’agit donc, généralement, d’activités de réinvestissement ou d’entraînement sur des notions vues avec l’enseignante les semaines précédentes.

Pendant ce temps, l’enseignante peut travailler avec un petit groupe d’élèves de façon dirigée.

Organisation du plan de travail dans ma classe

A l’école de la forêt, les élèves sont habitués, dès la maternelle, à être très autonomes. Il sont en triple voire quadruple niveau depuis la Toute Petite Section. Je dois donc avouer que je n’ai pas eu à galérer énormément sur la mise en place de cette nouvelle organisation.

Chaque matin, sur ma séance d’étude de langue (pour le moment), je scinde ma classe en 2 groupes. J’ai donc 2 groupes de 8 élèves. Je double ma séance. Sur les premières 30 minutes, je travaille avec un groupe et l’autre partie de la classe est en plan de travail. Puis, au bout de 30 minutes, nous tournons.

Durant ses 30 minutes de Plan de travail, l’élève choisit son activité parmi son Plan de Travail, s’installe où il le souhaite dans le fond de la classe (j’ai mis en place » le flexing class » mais j’y reviendrai dans un prochain post), prend tout le matériel prévu pour son activité et réalise son travail sans mon aide. S’il est bloqué, il demande l’aide d’un camarade ou en dernier ressort mon aide. Une fois le travail fini, il coche la case « Fini ! » de son plan de travail qui me permettra de vérifier le travail réalisé.

Je donne généralement du travail écrit (ou alors j’allie manipulation puis écrit) pour vérifier le travail effectué. Le lendemain, les enfants jettent un coup d’œil à leur plan de travail et doivent corriger les éventuelles erreurs de la veille avant de commencer une nouvelle activité.

Le plan de travail contient 8 activités (car sur deux semaines, mes élèves ont 8 créneaux de plan de travail). Je fais en sorte que les activités proposées soient réalisables en 30 minutes (soit un activité / créneau). Pour les plus rapides, je rajoute des exercices bonus. Pour les plus lents, je ne donne que 7 activités dans le plan de travail.

exemple plan de travail ( 2ème version)

exemple plan de travail (1ère version)

Les inconvénients & les  avantages du plan de travail dans ma classe

+ Le plan de travail permet de gagner en autonomie

+ Le plan de travail permet à l’enseignante de pouvoir travailler avec un petit groupe de manière plus efficace ! (principal avantage selon moi)

+ L’élève choisit son activité donc montre de l’intérêt, il est davantage impliqué dans l’activité.

+ Le Plan de travail permet de différencier la charge de travail pour les élèves en difficulté comme pour ceux à l’aise.

+ Le Plan de travail permet de mettre en évidence la notion de tutorat entre élèves.

`– Le Plan de travail demande un grande organisation de la part de l’enseignant (dans le suivi des activités, dans la mise en place des activités)

– Le Plan de travail demande un minimum d’autonomie (certains élèves ont du mal à se lancer sur une tâche sans guidage).

– Le Plan de travail doit contenir une partie « bilan » pour faire prendre conscience à l’élève qu’il faut être consciencieux même seul

Les clés d’autonomie

Il a été difficile de mettre en place le fonctionnement en plan d’autonomie dans ma classe. La majorité de mes élèves ne manquait pas d’autonomie, loin de là, mais nous manquions surtout de temps pour finir les activités. Un petit groupe d’élèves avait du mal à choisir une activité et perdait donc un temps fou. D’autres, moins à l’aise, jouaient aux petits filous et faisaient semblant de travailler. Je m’en apercevais qu’une fois que je corrigeais les cahiers ! J’ai donc dû modifier la trame de mon plan de travail.

J’ai eu la chance de découvrir la super maîtresse sev qui, au cours d’un direct Instagram, a parlé de ce problème qu’elle rencontrait, elle aussi, dans sa classe de cycle 2. J’ai donc adapté sa solution à ma classe de grands en l’intitulant « les clés d’autonomie » ( et je la remercie infiniment si elle passe par là !) .


Il y a 4 degrés d’autonomie pour aider l’élève à réaliser son plan de travail :

– Clé 1 : l’élève n’est pas autonome. Il doit donc suivre le programme journalier qui lui indique exactement quelle activité il doit réaliser dans son plan de travail. Il n’a pas le choix.

– Clé 2 : l’élève manque d’organisation. Il doit donc suivre le programme semainier qui lui donne une liste d’activités à faire. Il doit réaliser la liste 1 sur la première semaine et la liste 2 sur la deuxième semaine. Cela l’aide à s’organiser et à finir son plan de travail dans les temps.

– Clé 3 : l’élève arrive à s’organiser seul. Il n’a pas de contraintes. Il doit réaliser son plan de travail dans l’ordre qu’il souhaite à la seule condition qu’il soit terminé à l’issu des 15 jours.

– Clé 4 : l’élève est au top de l’autonomie ! Il a zéro contrainte. Il peut préparer un exposé, lire un livre.. avant d’attaquer le plan de travail. Seul but : le plan doit être réalisé en 15 jours.


A chaque bilan de plan de travail (soit tous les 15 jours), l’élève peut gagner une clé ou perdre une clé d’autonomie selon le travail réalisé).

affiche plan de travail jour / semaine 

affichage clés d’autonomie 

Bilan de mes 2 premières périodes

Mettre en place ces clés d’autonomie a rassuré mes élèves. Ils y ont trouvé une motivation supplémentaire à finir le plan de travail. Je ne regrette absolument pas cette façon de travailler. Les élèves sont plus calmes, concentrés sur leur tâche. Le volume sonore a considérablement baissé. Je dois encore trouver un roulement dans la préparation des activités. J’essaie de m’organiser avec un tableau, des fiches de suivi mais pour l’instant je n’arrive pas à anticiper la préparation, cela me demande encore beaucoup de temps de préparation. Mais je ne désespère pas ! Ce Plan de Travail a transformé ma vision de l’enseignement.

Enseigner avec un plan de travail m’a permis de proposer aux élèves des activités bien plus réfléchies (car étant autonomes, elles doivent être étayées au maximum) et plus ludiques. Les élèves adorent ce moment et en sont demandeurs.

 

Et toi utilises-tu aussi un plan de travail dans ta classe ?