Comment gérer un triple niveau !

Depuis que j’ai ouvert ce blog, vous êtes très nombreux à être surpris lorsque j’annonce que j’ai un triple niveau CE2 CM1 CM2. Certains me demandent comment je survis, d’autres me plaignent (non mais c’est cool je vous assure) et parmi tous vos messages, il y a des messages de profs qui ont, eux aussi, ce même triple niveau et qui tentent de trouver des solutions pour gérer la classe.

Bref, en un mot, on me demande très souvent comment faire pour survivre au triple niveau !

La réponse est simple : je n’ai pas de recette miracle. Cependant, j’ai quand même, depuis maintenant trois ans, réussi à mettre en place quelques astuces pour survivre au multi-niveau.


Organisation des séances


Comme pour tout autre niveau, je pense que la clé d’une classe qui « tourne », c’est l’organisation et la planification des séances. Pour pouvoir bien visualiser mes moments de travail en dirigé et en autonomie, je programme au maximum mes semaines de travail en indiquant pour chaque moment de la séance avec quel groupe d’élèves je serai. Je ne travaille quasiment toujours qu’avec 1 ou 2 niveaux et je laisse donc l’autre niveau en total autonomie. Je travaille beaucoup durant les petites vacances mais c’est du temps de gagner sur le reste de l’année. Il faut dire qu’avec 3 niveaux de « grands », les corrections sont très nombreuses et si on ne planifie pas le travail période par période on est vite noyé !

Dans vos fiches de préparation, n’hésitez donc pas à faire apparaître à quel moment vous serez avec tel groupe. Evitez les petits créneaux de travail dans votre emploi du temps et les aller-retours entre les élèves en autonomie et les élèves en dirigé.


Le choix des méthodes


Depuis 3 ans, j’ai fait le choix de travailler en étude de la langue avec la méthode PICOT spécialement conçue pour le triple niveau. La méthode est difficile à prendre en main, il faut bien s’approprier la manière de fonctionner mais c’est un outil idéal pour le triple niveau. De plus, pour les autres matières, je sélectionne toujours des manuels proposant une large banque d’exercices, ce qui me permet de proposer des exercices de réinvestissement en autonomie à un groupe d’élèves.

Je vous renvoie sur le super blog de Maikresse72 qui propose tout un tas de documents en lien avec les 3 tomes de la méthode PICOT ! (Un grand merci à elle !)


Autonomie des élèves


L’autonomie est la clé ! Mes élèves sont très souvent en autonomie grâce à leur plan de travail. Si vous ne souhaitez pas vous lancer dans un plan de travail, vous pouvez tout simplement indiquer au tableau le travail à réaliser tout seul (comme un contrat) et équiper votre classe d’un timer pour que les élèves visualisent bien le temps qu’il reste (IKEA en propose un pour 5 euros!) .

Vous pouvez aussi proposer un petit cahier d’autonomie avec des fiches de travail un peu plus ludique.. En triple niveau (mais ceci est valable aussi pour pour le double niveau), vos élèves vont devoir apprendre à être très autonomes. J’insiste dès le début de l’année auprès de mes élèves pour leur faire comprendre que je ne suis pas disponible lorsque je travaille en dirigé avec un autre groupe d’élèves. Cela est frustrant pour certains au début mais ils apprennent très vite à demander aux copains ou à prioriser leur demande.

L’année dernière, j’avais proposé le cube d’aide à mes élèves mais cela n’a pas fonctionné comme je le souhaitais. Cette année, j’ai mis en place un système d’aide à l’aide de pinces à linge  : L’élève en autonomie, qui a besoin de moi, vient placer sa pince à linge sur un affichage prévu à cet effet. Cela me permet d’avoir une « liste d’attente » des élèves en difficulté.


Fédérer la classe


« On est 3 classes en une, mais nous faisons partie de la même équipe ». Voilà une des premières phrases de mon discours de rentrée ! Il est très important de créer une bonne ambiance de classe où vos élèves sont unis et fédérés. Faire comprendre aux grands qu’ils vont devoir aider les « petits ». Pour ce faire, je mets en place plusieurs petits projets où je mélange les élèves (les exposés, les lectures offertes, le tutorat..).

Mon grand succès est mon système d’étoiles de classe : si nous passons une excellente journée, nous recevons une étoile de classe. Au bout de 10 étoiles de classe, nous organisons un évènement un peu extraordinaire (une séance de cinéma en classe, un escape game, un grand goûter…). Ce système permet de créer un vraie cohésion où il n’y a plus 3 niveaux mais seulement 1 classe ! Pour plus d’infos c’est par ici !


Travail en groupe de cycle, de besoin


Les programmes scolaires font que les CE2 ne sont pas dans le même cycle que les CM. Je sépare donc beaucoup de domaines mais je tente de garder une cohérence de classe en proposant des projets communs réunissant des compétences communes ou du moins semblables (lecture suivie, projet de sciences, thème d’anglais…) Mes CM travaillent la plupart du temps ensemble et seules mes exigences ou les traces écrites diffèrent. Je travaille aussi par groupes de besoin, il m’arrive donc de travailler en demi-groupe où se mélangent des CE2 avec des CM2 très faibles.


Relativiser


Etre en triple niveau c’est du sport ! Parfois vous aurez le sentiment de courir un marathon … et de ne pas aller au « fond des choses ». Cela m’a pris 3 ans pour enfin me libérer de cette pression, pour comprendre que je ne pouvais pas tout faire, tout mener de front, alors je fais de mon mieux, et c’est déjà pas mal. Les quotas horaires sont difficiles à respecter (voire impossibles), les programmes avec le double niveau sont un vrai casse-tête… parfois vous sortirez un peu des sentiers battus.. c’est normal ! Prenez le temps avec vos élèves pour instaurer les bases de l’autonomie, cela vous fera gagner du temps sur le reste de l’année. Et surtout, n’oubliez pas qu’une classe, d’autant plus en triple niveau, vit, tâtonne, connaît des réussites mais aussi des échecs ! Donc à celui qui vous dit que vous n’êtes pas « dans les clous » niveau programmes ou horaires, je ne peux que vous conseillez de l’inviter à prendre la classe ou bien à vous indiquer la marche à suivre ! 😉

Et toi, quelles sont tes astuces pour gérer un double, triple, ou multi-niveau ?

Comments

  1. Aurore says:

    Merci pour cet article et ces conseils !! La clé c’est à mon sens l’organisation. Quand j’ai ma journée, mes séances, mon matériel et mes créneaux prêts, je sais que je peux plus « facilement » aborder ma journée. Je n’ai pas de triple niveau mais par contre, avec un CE2-CM1, j’ai deux cycles et j’ai assez vite abandonné l’effet mouton où il faut suivre à la lettre les programmes. Je préfère suivre les besoins et les lacunes de mes élèves pour les faire avancer. Je me régale depuis que je commence à trouver mes marques mais il me reste beaucoup de choses à améliorer ..

  2. Marie G says:

    Merci pour tous ces bons tuyaux ^^
    J’ai 4 niveaux ce1 au cm2 et je rejoins pas mal de tes idées. Mais j’ai encore ce sentiment de ne pas aller au bout des choses…ça ne fait que ma 2eme année alors je me laisse du temps !
    Bon week-end à toi !

  3. Maialen says:

    Tout comme toi triple niveau, depuis 2014. Je suis assez d’accord L’autonomie est notre clef. Les plans de travail sont à mes yeux très importants. Ce n’est pas une antichambre pour occuper mais bien à mon sens pour avancer et apprendre mais différemment, en étant acteur ( je fonctionne avec un classeur de réussite, avec des ceintures avec un système similaire à tes clefs).
    J’ai arrêté aussi de vouloir tout tout faire. J’ai investi dans des méthodes, sur lesquelles je m’appuie ( grande fan des méthodes ACESS Histoire/Géo/ Sciences et Espace et temps). J’ai fait mes programmations à partir de leurs œuvres, je revoie les séances, j’en coupe une partie, modifie une trace écrite, mais la base est là et c’est confortable. Cela laisse plus de temps pour les corrections, ou pour la création d’ateliers, de jeux en autonomie.
    Je fais les sciences, l’anglais, les arts et l’EPS en commun en changeant les attendus bien entendu. En littérature je fais les mêmes thèmes mais, je fonctionne avec deux niveaux de lecture ( Ce2+CM faibles et les CM).
    Tout comme toi j’explique aux enfants ( et aux parents ) que nous ne sommes qu’une classe et que nous travaillons ensemble et cela est une chance de pouvoir avoir trois niveaux. Cela me permet de créer une différenciation naturelle. Cela m’est arrivé de faire passer des élèves en CM1, mais en maths ils étaient trop faibles, alors ils suivaient les maths des CE2, ils ont consolidé leurs bases et ont ensuite rattrapé en un an les maths CM.
    Je ne le vois pas repasser en un simple niveau clairement, j’aime beaucoup la richesse du triple niveau, j’aime garder mes pioupious 3 ans et voir leurs progrès, je me mets moins de pression, car si en fin d’année, ils n’ont pas acquis tout ce qu’il faut, je ne me dis pas « mince ma collègue qui prend la suite va galérer avec celui là, faut qu’elle mette ça ça et ça en place », c’est moi qui garde cet enfant et je ne me stresse pas il rattrapera son retard sur les 3ans.
    L’important comme tu dis, c’est de prévoir, je ne commence jamais ma journée avec « bon on verra », car c’est compliqué. Mes photocopies sont prêtes, mon ordi est branché au vidéo, les différents tableaux sont prêts. C’est un gain de temps pour passer un groupe à un autre. Il faut aussi accepter de laisser des groupes en autonomie et ne pas avoir un regard approfondi sur tout ( bien qu’on s’en rapproche justement grâce au plan de travail). Il faut bien mettre au clair que lorsque je suis avec un niveau on ne me dérange pas, sauf cas urgent. Donc avant que je parte travailler il faut poser toutes les questions nécessaires au déroulement de l’autonomie. Ensuite ceux qui le sont ont le droit de s’expliquer des consignes et de s’aider.
    Je viendrais les voir après.
    En résumé le triple niveau c’est une gymnastique mentale 😂.

    1. maitressedelaforet says:

      Je te rejoins tellement dans ton commentaire 🙂 Tu as l’air au top du triple niveau 🙂 C’est vrai qu’une fois que l’on est mordue… difficile de s’en défaire de ce triple niveau ! ahaha 😉

  4. Claire18 says:

    Merci pour cet article! Je suis PES avec des CE2 CM1 puis avec des CM1 CM2… Au début de l’année, je les lançais sur la même matière et je voulais faire 5minutes avec un groupe puis 5minutes avec l’autre, au final je perdais les élèves et moi-même. J’ai décidé de faire des plus grands temps d’autonomie et des temps en ma présence, en écrivant l’heure de fin au tableau pour leur donner une échéance.

  5. Cecilez says:

    Coucou,
    ça fait maintenant une vingtaine d’années que j’ai deux ou trois niveaux à partir du CE2 et je me vois bien comme un chef d’orchestre… dans la planification.
    Finalement, je fonctionne beaucoup comme ce que décrit Maialen.
    Evident qu’on a pas 3 x 24 heures et donc qu’on ne respectera ni les programmes à la lettre et encore moins les repères de progressivité s’ils existent un jour.
    Après tout ce temps, je marche beaucoup plus au feeling et il m’arrive souvent de ne pas « préparer » dans la mesure où nous travaillons aussi avec Picot pour le français et tout est prêt. Pour le reste, l’expérience sert de « doseur » pour se rendre compte du retard ou non.
    Je saisis aussi les discussions et opportunités de la classe pour aborder tel ou tel point. Du coup, je fais la même chose en découverte du monde. L’évaluation (quand j’en fait) diffère.
    « Tutorat » et « travail en équipes » hétérogènes sont aussi les maitres mots dans ma classe, tout comme « autonomie ».
    Ils réussissent plutôt bien au collège et c’est un peu la mesure de notre travail de fin d’école primaire.
    Je trouve plus difficile depuis que cela représente deux cycles très différents bien que je trouve bien dans l’absolu qu’on laisse un peu plus de temps aux CE2. Pourtant, avant, ils ramaient un peu au début mais étaient vite tirés vers le haut par les grands.
    Bref, j’adhère à la classe multi-âges car je la trouve beaucoup plus riche, même si c’est beaucoup plus de travail pour le maitre ou la maitresse.

  6. Claire says:

    Hey! Je découvre ton blog et ton insta grâce à une amie collègue !! J’ai un triple niveau ce2 – cm1 – cm2 et j’adore !!! L’organisation est la clé ainsi que le choix des supports !!
    En français j’utilise Picot et cette méthode sauve mes week ends!!!
    Je vois que tu utilises la MHM. Est ce que tu l’utilises pour les trois niveaux?? Comment arrives-tu à gérer ? J’hésite à me lancer pour l’an prochain!!
    Bonne continuation et vive les triplés niveaux !!!!

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *