Classe flexible & évaluations auto-gérées : un an après !

Cette année a été, pour moi, un grand chamboulement en terme de vision d’enseigner. J’ai découvert grâce à des insta maîtresses incroyables (Maitresse Sev, Maitresse Aurel..) une nouvelle vision du métier. Curieuse et à la fois impatiente, je me suis lancée à corps perdu dans une nouvelle façon d’enseigner. D’une part, parce qu’en triple niveau il est difficile de ne pas se noyer et toute technique de sauvetage est la bienvenue, mais surtout car j’avais, moi aussi, des insatisfactions quant à ma façon de faire, une envie d’évoluer.

Après un an de pratiques, de changements, d’adaptation, réussites et échecs, voici donc le bilan de mes changements de classe 2017-2018 :


Les évaluations auto-gérées


Il y a un an, je me lançais corps et âmes dans les évaluations auto-gérées en maths. Mon constat était que je n’étais pas du tout satisfaite par mes évaluations sur table, comme l’impression de perdre des élèves, d’imposer un stress, de ne faire des « contrôles » pour que les parents voient que l’on travaille à l’école de la forêt ! J’ai donc passé tout mon été (cela a été mon grand chantier) à créer un livret de réussites, des évaluations auto-gérées par compétences. J’y ai passé des heures de travail tout en étant persuadée du bien fondé de ce grand virage. Je vous renvoie vers cet article pour un détail complet du fonctionnement.

Mon bilan : Grandement positif mais avec des améliorations à effectuer.

Je m’explique. Mes élèves ont adoré le fonctionnement. J’ai pu observer des élèves moins stressés, en réussite, capables de savoir si cela était le bon moment pour s’évaluer. Des élèves qui ont gagné en autonomie d’une manière incroyable ! Une grande majorité de la classe est entrée dans ce système sans faire les filous à ne jamais s’évaluer. Les évaluations ont été dans la plupart des cas, bien réussies, dès la première tentative. Cela m’a confortée quant à ma vision de l’évaluation positive, par compétences, comme moyen de mettre en avant les élèves et non pas de les rabaisser, de ne pointer que les difficultés.

Le côté « usine à gaz » a été très dur à gérer malgré une organisation militaire. Mon cahier de suivi a été d’une grande aide, mais le triple niveau a fait que je n’ai pas réussi à retravailler toutes les compétences non validées par certains élèves. Il m’a manquée cruellement de temps pour la remédiation et la 2ème tentative de validation. Deuxième erreur, vouloir évaluer TOUTES les compétences. Beaucoup n’ont pas été évaluées (du moins via ce système là) et donc je me suis retrouvée avec un bon petit paquet « d’images compétences » sur les bras à la fin de l’année.

Et l’année prochaine alors ?

Je ne change pas mon point de vue sur l’évaluation. Je pense même aller plus loin en n’imposant plus aucune évaluation « sur table » pour le français et les maths.

Je pense garder le système d’évaluation auto-gérées mais d’une façon plus claire et guidée pour moi au travers des ceintures de compétences couplées à un plan de travail. Je pense avoir besoin d’un cadre, de savoir où en sont les élèves par rapport à mes programmations (chose que je n’ai pas réussi à totalement suivre cette année). Je n’évaluerai donc pas toutes les compétences par ce biais car beaucoup ne sont pas « ceinturables ». Finies les étiquettes et le livret de réussites qui nous ont fait perdre du temps mais bonjour le classeur spécialement dédié aux ceintures ! Un article arrive très prochainement pour vous expliquer ce nouveau système.


La classe flexible et les centres d’autonomie


En réfléchissant sur mon année scolaire, je me suis rendue compte que j’avais tenté au moins 6 ou 7 dispositions de classe. Parmi ces dispositions, j’ai tenté à plusieurs reprises la classe flexible ! Si vous ne savez pas trop ce que ce terme engage, je vous renvoie encore une fois vers les blogs de maitressesev et maitresseaurel, pionnières dans ce domaine. Pleine de bonnes volontés, j’ai donc installé quelques bureaux en forme de U pour du travail en dirigé, mis des ballons, libérer les cases des élèves, mis en place des « centres d’autonomie »; et mon enthousiasme a été vite remis au placard lors du premier conseil de classe des élèves. « On veut retrouver nos places maîtresse ».

Mon bilan :

Je ne retenterai pas l’expérience de la classe flexible l’année prochaine. Ne me jetez pas la pierre. Je ne dis pas que ce système est incompatible avec un triple niveau cycle 3, mais en tout cas, j’ai eu beaucoup de mal à m’y sentir à l’aise, avec mon profil de classe. Je reste persuadée que ce système est top lorsqu’il est bien préparé et introduit de manière progressive aux élèves. J’ai voulu faire les choses trop vite, trop précipitées. Erreur. Les enfants ont boudé en grande partie les tapis, les ballons. Mes grands CM2 souhaitaient restés à leur place, à leur bureau car « par terre c’est pas du vrai travail ».

Je me suis retrouvée, lors de mes séances en demi classe dans le U, à presser mes élèves pour terminer leur travail car le 2ème groupe attendait ! Je n’ai clairement pas réussi à trouver mon compte dans ce système. A mon sens, la quantité d’écrit (en tous cas celle que j’impose à ma classe) demande plus de temps aux élèves de cycle 3 qu’au cycle 2.Très vite, les élèves ont demandé à retrouver leur casiers, même les plus à l’aise dans la classe flexible. Trop de déplacements, trop d’affaires oubliées, trop de brouahah. Je sais pourtant qu’un élève n’est pas voué à être silencieux, ni cloué sur une chaise à n’écrire que dans un cahier..

Fallait-il surement prendre plus de temps ? Fallait-il peut-être commencer ce système dès le cycle 2 ?

Une chose est sûre, c’est que je suis très déçue de ne pas avoir réussi à mettre en place cette pédagogie qui semble être incroyablement efficace.. chez les autres !

Quant aux centres d’autonomie, ces activités autonomes à réaliser, suivant une progression, à deux ou individuellement au travers d’un plan de travail (ou pas), où sur une séance l’enseignante travaille avec un petit groupe pendant que d’autres élèves choisissent et réalisent leur activité autonome au travers des centres : centre de numération, centre d’écriture, centre de création…. Le rêve ? Oui ! clairement ! Si vous interrogez mes élèves, ils vous diront qu’ils ont adoré les centres. Je les comprends, les centres que je proposais étaient sous forme de petits jeux à 2, ou un petit exercice de réinvestissement qu’ils choisissaient en fonction d’un degré d’autonomie. Encore une fois je vous remets un article détaillant mon système.

Ce système a clairement aidé mes élèves à gagner en autonomie. Il a permis de proposer des activités difficiles à mettre en place en classe entière (peinture, informatique..). Il a fait naître des vocations de tuteurs, des relations duelles élève-élève beaucoup plus favorables à l’apprentissage.

Ce système m’a surtout clairement aidée moi, la maîtresse, à trouver du temps en dirigé pour chacun de mes 3 niveaux. Il a dégagé des créneaux d’autonomie me permettant de travailler en dirigé avec un autre groupe d’élèves, surtout grâce au plan de travail ! Une révolution dans ma petite classe .

Et l’année prochaine alors ?

Adieu (en espérant dire à bientôt) la classe 100 % flexible. Je vais cependant tenter de garder un ballon, les plateaux ainsi que des tapis mais j’abandonne les places libres. Ces assises seront en libre service en plus des bureaux attitrés en îlots. Je ne retenterai pas la disposition U et les places non attribuées qui ont trop perturbé mes élèves cette année.

Concernant les centres, je pense garder le principe des « centres / coin » dans la classe. Je reste persuadée que même les cycle 3 ont besoin de manipuler, de bouquiner confortablement sur des coussins en toute autonomie via des activités sensorielles. Je pense donc aménager des coins que je proposerai aux élèves sur des créneaux d’autonomie une fois dans la semaine. Je garde cependant le plan de travail qui a été une révolution dans ma classe. Je couplerai le plan de travail aux ceintures de compétences et aux activités de création d’un journal de classe ou autre.. Tout mon nouveau fonctionnement arrive très prochainement dans un article dédié.

 

Et vous, vous avez aussi vécu des échecs ou des réussites niveau organisation cette année  ?

 

Comments

  1. Maicresse_mod says:

    Merci pour ce retour sur ton année. Je compte mettre en place les évaluation s auto gérées avec le livret de compétence. Je trouvais ça super. Ton article me fait bcp hésiter du coup 😕
    Impatiente de lire ton article sur ton nouveau fonctionnement ☺️

  2. coucou alors moi aussi je n’ai pas réussi à mettre en place dans une classe difficile le 100 % flexible. Cependant je ne baisse pas les bras et j’espère tendre vers davantage de flexible. Les élèves n’ont pas beaucoup aimé les ballons et les galettes, par contre le fait de jouer par terre, pouvoir s’installer à genou et faire une fiche ou autre sur le siège de la chaise…oui! Le u en demi classe n’a pas fonctionné non plus et je suis passée par des ateliers qui ont été beaucoup plus concluants et les élèves étaient plus motivés. Du coup je me questionne encore et toujours…j’aurai dû mettre des centres en binôme (j’avais essayé en début d’année et puis la gestion difficile de cette classe avec un autiste et deux enfants fragiles psychologiquement qui faisaient crise sur crise, j ‘ai abandonné, épuisée…) et le cahier de suivi aussi. La rentrée prochaine sera bien plus sereine et la classe beaucoup beaucoup plus sympa, c’est le moment de tester mais EN DOUCEUR, petit à petit mettre les choses en place ! j’ai dû aussi aller trop vite (ce qu’on lit, ce qu’on entend, ce qu’on voit, ne marche pas avec un claquement de doigts et surtout notre personnalité, la classe face à nous..font que ça ne marche pas partout de la même manière). Bref, je ne suis pas déçue de ne pas avoir réussi car j’arriverai à faire ce que j’ai envie pour le bien être et le bon déroulement des apprentissages de mes élèves mais avec le temps qu’il me faudra et qu’il leur faudra, sans me stresser. Merci pour ton bilan qui nous fait aussi réfléchir à nos pratiques, nos échecs, nos réussites et qui ne nous fait déculpabiliser . 😉

  3. Nolwenn says:

    Tu as mis énormément de choses en place cette année, félicitations ! Je suis très contente de découvrir ton avis sur la classe flexible. C’est un concept qui m’intéresse beaucoup et que j’aimerais mettre en place dans quelques années. C’est pourquoi je suis contente de découvrir une expérience de classe où « ça n’a pas fonctionné » pour diverses raisons, comme tu l’as bien expliqué. Le triple-niveau n’est pas facile à gérer et parfois, ça ne colle pas avec le profil de nos élèves, tout simplement :/ . Merci pour cet article !

  4. Magh says:

    Je me retrouve beaucoup dans ce que tu dis concernant la classe flexible. J’en avais beaucoup d’attentes en la mettant en place cette année et finalement beaucoup de mes élèves ne s’y sont pas retrouvé. L’an prochain, chacun son casier et son bureau. Mais un coin regroupement/ bibliothèque, un coin travail de groupe et des centres. EN ce qui concerne les évaluations auto-gérées, je rêve d’arriver à un tel fonctionnement mais je ne sais pas comment le mettre en place, à part en utiliser quelques ceintures. Merci pour ton retour d’expérience !

  5. Aurore says:

    Merci pour ton retour que j’attendais avec beaucoup d’impatience. Cela me permet de me poser à nouveau la question de mon aménagement de classe. Je pense finalement commencer petit à petit et voir si cela me convient ou non. Le fait de travailler en espaces dédiés me plait plutôt bien plutôt que de travailler en U. Il reste à tester..

    1. maitressedelaforet says:

      Avec grand plaisir ! n’hésite pas à tester, tester, tester 😉

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *