Mes 5 résolutions de maîtresse

2018 est enfin là et comme chaque année, je me dis qu’il faut absolument que je prenne de nouvelles résolutions. Recommencer sur de bonnes bases. Et comme chaque année, je me décide à me mettre au sport, arrêter de manger des Pépitos et du saucisson. Boire plus d’eau. Lire plus de livres.

Et comme chaque année, le 15 janvier, je me retrouve à l’apéro, mangeant de la charcutaille, une bière à la main alors que je devrais être en train de suer à ma séance de Body Pump. (Mais c’est pas ma faute, hein !)

Alors cette année, j’ai décidé de prendre des résolutions. Oui, mais de vraies résolutions de maîtresse et surtout des résolutions raisonnables. (On est tous d’accord qu’arrêter le Nutella est mission impossible!)

 


Profiter de mes fins de journées


Bon, d’entrée, je vous propose la résolution qui sera pour moi la plus dure à tenir ! Je suis d’accord. A l’école de la forêt, je finis la classe à 15h35 (sauf le soir d’APC). Comme toute maîtresse qui se respecte, je ne suis jamais dans ma voiture à 15h40. Je pourrai être efficace et me mettre en suivant aux corrections. Mais même après 8 ans de classe, j’adore regarder mes élèves jouer dehors ou les écouter en TAP. Je flâne, je range, je lis, je fais tout sauf être efficace. Tiens ? des cahiers à corriger ? Mais pourquoi je ne referai pas les affichages de ma bibliothèque ? Et de fil en aiguille, je me retrouve à 17h30 voire 18h encore dans ma classe. Mes cahiers ne sont pas corrigés et en prime je râle quand je rentre à la maison, encore plus tard avec la longue route ! Il va falloir que je m’impose un rythme de corrections et de préparations, que je ne procrastine plus. Avoir le temps de faire autre chose des mes journées que penser à l’école ! Et puis, comme ça, plus d’excuse pour ne plus faire l’apéro ! (euh, aller au sport ! )


Encourager davantage mes élèves 


Même si j’essaie de baser un maximum ma façon d’enseigner sur la bienveillance, il m’est encore difficile d’utiliser le cahier de liaison comme outil pour féliciter mes élèves. Je les félicite dans le cahier du jour, par un petit mot ou un joli tampon. Je pousse mes élèves à applaudir les petits exploits des enfants les plus en difficulté. Mais le cahier de liaison est toujours l’outil de « menace » lorsque un élève dépasse les limites. « Attention, je vais finir par mettre un mot dans le cahier ». Bon, il me faut dire au moins 5 fois cette phrase pour passer à l’acte. J’aimerai utiliser ce cahier pour, au contraire, valoriser les petites attentions ou efforts des élèves. A mon sens, c’est tout aussi important pour les parents d’être informés quand cela ne va pas que de lire que tout va bien sans attendre le bulletin ! Je pense préparer un petit billet de félicitations que je collerai dans le cahier de liaison pour valoriser un comportement ou des efforts. Cela me permettra peut-être d’automatiser cette pratique.


Bannir le mot « dépêchez-vous »


A peine les élèves franchissent le pas de la porte, que je suis déjà en train de leur dire « Posez vos manteaux, dépêchez-vous ». Je me suis faite la réflexion cette semaine. « Dépêchez-vous » est devenue ma virgule. J’essaie pourtant de prendre le temps avec mes élèves. Je prends plus de plaisir à enseigner en prenant mon temps, même si on doit déborder sur la récréation ou zapper une autre séance. Je pense d’ailleurs que cela est davantage bénéfique aux apprentissages. Mais malgré tout ça, l’ombre des programmes planent encore sur moi. Je dois finir tout ce que j’ai prévu dans mon joli cahier journal aujourd’hui. Et les « dépêche-toi ! Allez sois plus rapide ! recommencent.

Alors cette année, je vais tenter (je dis bien tenter) de prendre du temps. Poser les choses, les apprentissages. Passer du temps sur un projet même si cela implique de ne pas faire la séance de lecture. Laisser finir les illustrations de poésie qui prennent du temps. Tout cela de temps en temps !


M’impliquer davantage dans des domaines que je ne maîtrise pas


On a tous des points faibles dans sa façon d’enseigner, un domaine que l’on n’affectionne pas spécialement. Encore plus lorsque l’on débute comme moi (oui j’estime être encore une bébé maîtresse) ! Mon talon d’Achille, ce sont les Sciences. Je ne suis pas une grande scientifique, je vous l’accorde. L’année dernière, j’ai axé tout mon travail de l’été sur les maths et je dois avouer que j’apprécie de plus en plus enseigner ce domaine. Mais les Sciences ? Il faut du matériel, des connaissances, cela engendre du bruit, des expériences.. mais les élèves adorent ça ! Je m’oblige à faire Sciences en classe bien évidemment mais j’y vais à reculons. Je propose des séances qui vont droit au but sans une réelle réflexion. On expérimente mais de façon très basique. J’admire ceux qui se lancent dans de supers élevages ou autre ! Pour tout vous avouer, l’année dernière, j’ai même réussi à faire foirer l’expérience des plantations des graines de haricots ! On a oublié de les arroser ! Donc c’est décidé, je vais me pencher sérieusement sur les Sciences. Je vais essayer de préparer mes séquences avec tout le matériel en amont, me renseigner sur des valises de prêt.. et cette année, la grande tentative sera pour moi l’élevage de chenilles. Bon, ne vous emballez pas, je démarrerai par un kit clé en main! Mais c’est un début non ?


M’acheter ( à nouveau) un vrai cartable de maîtresse


Lorsque j’ai préparé le concours, je n’ai pas cessé de rabâcher à ma maman « Si un jour j’ai le concours et que je deviens maîtresse, j’aimerai un vrai cartable de maîtresse ». J’avais l’image (faussée haha) de la maîtresse avec son joli cartable en cuir, toute fraîche le matin avec ses lunettes de vue. J’ai obtenu le concours et ma mère m’a donc offert un magnifique (et hors de prix) cartable en cuir avec sa petite poignée. Je vous le donne en mille, j’ai dû l’utiliser 3 mois et je suis passée du côté de la force obscure : les grands cabas de supermarché ! Impossible de faire rentrer mes 40 cahiers à corriger, mon classeur, mon cahier journal, les fiches à plastifier, mon ordinateur, ma trousse, mes stylos pailletés, mes mouchoirs, mon déodorant, mon chargeur, mon goûter dans mon joli cartable.. ! Depuis, je pars à l’école, avec dans mon coffre, mes 3 cabas remplis de choses plus ou moins inutiles. Aucun style ? Oui mais pratique ! Mais, récemment, je suis tombée sur la photo d’un joli cartable de maîtresse (de la marque ecosusi-bags) sur un de vos comptes Instagram. Tellement mignon, je me suis revue avec mon petit cartable et mes lunettes.. alors je crois que je vais me laisser tenter ! Par le cartable, mais surtout par la résolution d’arrêter de transporter toute la maison à l’école !

Et toi, quelles sont tes résolutions de maîtresse pour 2018 ?

Comments

  1. Clima21 says:

    Oh trop beau le cartable…
    Alors la résolution arrêter d’être chargée comme un baudet ça me plait bien, j’y parviens parfois, mais j’hallucine qd je vois des collègues avec un sac riquiqui…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *